Anticiper les récessions : le suivi de l’évolution de la courbe des taux est-il suffisant ?

Paris, avril 2020

 

Est-il possible d’anticiper les cycles économiques seulement à partir des informations contenues dans la courbe des taux ? Deux chercheurs répondent par l’affirmative dans une étude scientifique publiée cette semaine en tant que document de travail d’Aix-Marseille Université.

Le pouvoir prédictif du spread de taux aux Etats-Unis est certainement le fait stylisé le plus connu en macroéconomie. Largement utilisée pour anticiper les récessions, la relation entre spread de taux et probabilité de récession future a vu sa stabilité remise en question depuis les années 2000.

A contrepied de la littérature académique, cette étude se concentre sur l’homogénéité de cette relation plutôt que sur sa stabilité. A partir d’une approche économétrique innovante, Jean-Baptiste Hasse (Aix-Marseille Université) et Quentin Lajaunie (Université Paris Dauphine) montrent que le pouvoir prédictif du spread de taux est partiellement homogène et robuste.

En utilisant un modèle économétrique adapté et en observant l’évolution de la courbe des taux, il est donc possible d’anticiper les récessions dans la plupart des pays industrialisés, dont la France.